Cadre de campagne pour Doudous&Dentiers (7) : Pas de Spontanéité dans l’Art, SVP (aventure)

Voici donc la deuxième aventure ayant pour décor le cadre de campagne de « La Croisière s’Enlise ». Si le premier restait relativement simple et l’opposition des plus modérées, on monte ici d’un cran et les Vacanciers devraient commencer à craindre pour leur vies… Et le salut de leurs âmes.

Inspiré par un épisode de la série Angel (de Joss Whedon) dont le nom m’échappe, le scénario ci-dessous mettra aux prises les PJ avec un mal ancestral qui adore l’art, sous toutes ses formes, tellement qu’il veut être le seul à pouvoir en profiter, pour l’éternité. Et chercher à lui résister, n’est-ce pas en fin de compte une forme d’art ?

Pas de spontanéité dans l’Art, SVP

Par Jean « Troll Traya » Faiderbe

Difficulté : Peu facile ; Assez linéaire

Date : Le début de cet événement dépend en grande partie des activités des PJ, même si le MJ peut les influencer en les poussant subtilement à se rendre au T3 pour assister à une des magnifiques représentations qui y ont lieu. En dehors de ça, cet événement peut prendre place à partir du jour 2 de la croisière, jusqu’au jour 12.

Synopsis : Les PJ assistent à un ou plusieurs spectacles donnés à la salle de théâtre T3 et sont soufflés par leur qualité. Pourtant quelques détails lors des représentations leurs mettent la puce à l’oreille : il se passe quelque chose de louche à propos des artistes qui ne semblent pas aussi ravi d’être là que ce qu’on pourrait croire en voyant leurs sourires. S’ils décident d’enquêter, ils découvriront que les loges sont un lieu surnaturel bien plus grand que ce que pourrait accueillir normalement le Paquebot, et que les artistes en sont tous prisonniers, certains depuis des siècles. Vivants dans un ennui sans fin aussi terrible que l’enfer, ils demanderont aux Vacanciers de les aider à se libérer du responsable de leur captivité, à savoir le directeur de croisière Sir Jeffrey Harlington III, qui est en réalité une Ombre Majeure collectionnant les âmes des personnes talentueuses pour savourer leur performance jusqu’à la fin des temps. Et il pourrait très bien trouver artistiques les efforts des PJ visant à le faire chuter… Et défier alors les consignes de Melody Töten pour tout faire afin de gagner les âmes des Vacanciers.

PNJ Impliqués : Sir Jeffrey Harlington III, directeur de croisière adorant présenter Ses artistes avant l’entrée en scène, mais aussi une puissante Ombre Majeure blasée de servir les Ténèbres ; la famille Buchanan, spectateurs incultes et grossiers, mais très influençables, surtout par l’Obscurité ; Stéphanie Saint-Martin, danseuse étoile au physique d’une jeune femme 25 ans, alors qu’elle devrait être âgée de 155  ans.

Le Plan des Ténèbres : L’Ombre Majeure qui s’est vue accordée le poste de directeur de croisière est un cas à part parmi toutes celles accueillies sur le Paquebot : elle est dispensée de semer la peur chez les passagers. Ce qui l’arrange, car Harlington trouve ce genre de tâches avilissantes pour un esthète comme lui. Oh, il participe bien à la récolte, car si les artistes qui lui ont vendu leurs âmes ont beau avoir été envahis par la magie des Ombres qui les empêche de vieillir et de mourir, ils n‘en continuent pas moins d’éprouver des sentiments pouvant nourrir les Ténèbres. Certes, ces émotions sont un peu amères, voire sans véritables goûts à cause de cette corruption magique qui a été imposée aux artistes ayant signé un pacte avec Harlington, mais cela reste suffisant pour contenter les Ténèbres.

Le Collectionneur n’a donc rien à faire de ses journées, à part contempler encore et encore les spectacles de Ses artistes. Parfois, dans le public, il repère une personne qui lui semble posséder un je-ne-sais-quoi qui ressemble à du talent, alors il quitte le Théâtre pour l’approcher à la fin du spectacle, et découvrir si son intuition était juste. Dans ce genre de cas, il s’empresse de promettre monts et merveilles à l’objet de sa convoitise, du moment que cela aboutit à la signature d’un contrat qui asservira cette personne pour l’éternité. Il est toutefois intéressant de noter qu’Harlington respecte toujours scrupuleusement les termes du contrat concernant ses propres engagements…

Accroche des Vacanciers : Gamins comme Anciens finiront tôt ou tard par se rendre au Tᶟ, ne serait-ce que pour tromper l’ennui, ou essayer de semer une Ombre un peu trop insistante –ce qui marchera, aucun Ténébreux à part Töten et Damien n’oserait risquer de provoquer l’ire du « Démon des Contrats ».-. Les Vacanciers, alors installés dans de confortables fauteuils rembourrés,  assisteront au moins quelques minutes à l’un des spectacles… Et seront complètement captivés. Jamais ils n’auront vus auparavant de numéros aussi bien réalisés, aussi surprenants, aussi fascinants. Le show viendra juste de se terminer qu’ils en réclameront un autre, tant ils penseront qu’il a été court. En réalité, la représentation aura duré plus d’une heure, mais ils ne s’en seront pas du tout rendu compte. De quoi leur donner une envie irrésistible de rester voir la suite du programme, ou de repasser le lendemain revoir le spectacle en question.

Quoi que décident les Vacanciers, ils reviendront forcément car leur désir d’en voir plus est trop fort, mais laissez-les faire ça à leur convenance, mais pas plus de 2 jours après leur premier passage au théâtre. Ils auront l’embarras du choix en ce qui concerne le divertissement qu’ils viennent voir : Harlington a collecté un corps de ballet entier interprétant inlassablement la Bayadère, un magicien excellant dans l’art de s’évader des pièges les plus tordus et mortels, des chanteurs d’opéra jouant Carmen, une troupe de théâtre réalisant une des meilleures interprétations de Roméo & Juliette de tous les temps, etc… Le seul véritable désagrément sera constitué de la famille Buchanan, dont les membres sont tous sans exception hermétiques à l’Art, et n’arrêterons pas de lancer des remarques désobligeantes durant les numéros, tout en rabrouant sévèrement ceux qui oseraient leur demander de se taire. Pourtant, les Buchanan ne quitteront pas la salle même s’ils n’aiment pas ce qu’ils y voient, sans doute parce que critiquer et se moquer est un de leur passe-temps favori…

Après avoir vu plusieurs de ces spectacles –voir un seul s’ils sont particulièrement attentifs-, les Vacanciers ne pourront pas s’empêcher d’éprouver un sentiment de malaise, et c’est uniquement avec un jet réussi de Docte ou Futé qui leur permettra de comprendre pourquoi :

-Les représentations sont exactement les mêmes, tellement identiques que c’en est inhumain.

-A chacune d’entre elle, des artistes ne monopolisant pas l’attention du devant de la scène, comme des danseurs en arrière fond ou l’assistante du magicien, miment un même message en différentes langues : Hilf uns, Helps us… Aidez-nous.

Voilà qui devrait titiller la curiosité des Vacanciers, pour qu’ils osent s’aventurer en coulisses…

Actions/Réactions : Entrer dans les coulisses n’est pas très compliqué, il n’y’a qu’un seul vigile qui monte la garde devant la porte permettant d’y accéder, un humain corrompu peut-être impressionnant physiquement, mais à l’intellect limité, qui tombera facilement dans n’importe quelle ruse, surtout si elle comprend l’usage d’un appât à base de nourriture.

Une fois dans les coulisses, les PJ auront un premier aperçu du surnaturel qui règne sur les lieux, car ces derniers semblent s’étendre sur l’infini : il s’agit d’un unique couloir dont on ne distingue jamais la fin, et ou sur chacun des côtés se trouvent de nombreuses portes donnant sur autant de loges. Ce qui est une nouvelle fois physiquement impossible, car sur l’un de ses côtés est sensée se trouver la scène. Les Vacanciers peuvent s’aventurer sur des kilomètres dans ce couloir maudit, il sera toujours pareil. Il n’y’a qu’à l’entrée des coulisses qu’il soit un peu différent, car outre la porte menant au reste du théâtre, il y’a aussi une luxueuse porte verrouillée –menant à la chambre du Collectionneur-, un escalier menant à la salle des costumes et un couloir menant à la scène.

Chaque loge peut être visitée par les PJ, et ils y découvriront sensiblement la même chose : une pièce plutôt richement meublée, avec de nombreux accessoires rangés dedans, et des artistes assis, debout ou dans d’autres position complètement figés, avec une expression de désespoir peinte sur leurs traits. Il y’à pourtant certaines loges qui offriront des variations : il se peut que certaines soient vides –si les artistes se produisent en même temps sur la scène du Tᶟ-, ou que leurs occupants soient en train de se figer mais peuvent encore parler –dans le cas d’un groupe qui viendrait de voir son numéro se terminer.

Tomber sur chaque cas décrit ci-dessus se fait au hasard, sauf si les PJ ont pris soin de noter que la porte de chaque loge à un chiffre romain gravé juste au-dessus de la poignée de porte. Il s’agit du numéro de la loge dont chacun de ses pensionnaires a vu un tatouage apparaître magiquement sur sa peau, au niveau de la gorge. Un Gamin ou un Ancien  devra réussir un test de Futé ou de Docte pour repérer ces tatouages, s’il précise qu’il essaie de trouver quoique ce soit de particulier sur les artistes sur scènes. Pour ceux qu’ils rencontreraient dans les loges, remarquer le tatouage sera automatique.

Pour comprendre ce qu’il se passe dans ce sinistre lieu, les PJ devront interroger une ou plusieurs vedettes des numéros du Tᶟ, et pour ce faire il faudra qu’ils tombent sur groupe d’artistes revenant de la scène. Ce qui sera facile à réaliser une fois que les Vacanciers auront fait le lien entre le numéro de la loge et le gros tatouage que portent les interprètes sur le cou. Ils devront vite se rendre dans leur loge une fois le show terminé, ou y attendre directement les occupants. Il est impossible de suivre les artistes, car ils sont téléportés des coulisses à leurs loges et vice-versa.

D’abord incrédules, puis sentant des larmes leur monter aux yeux, les victimes du Démon des Contrats se mettent à genoux devant ces visiteurs imprévus et les supplient de les aider. Ils raconteront tout ce qu’ils croient savoir sur Harlington, c’est-à-dire qu’il est le Diable et qu’il a gagné toutes leurs âmes en leur faisant signer un contrat que tous pensaient être à leur avantage. Sans doute y’avait t’il des clauses qu’ils n’ont pas lu, à moins qu’elles ne furent écrites en petit caractères…

Aucune des âmes damnées du Collectionneur ne sait comment rompre les contrats, mais en creusant bien les Vacanciers devraient pouvoir tirer d’eux des informations intéressantes :

-chacun des signataires admettra que les engagements pris par Harlington sur le contrat ont été respectés, même si aucun artiste n’avait imaginé finir ainsi, figé pour l’éternité, dans l’attente que le Démon des Contrats daigne lui demander de se produire de nouveau.

-Harlington possède une vieille mallette à laquelle il tient comme à la prunelle de ses yeux. C’est de là qu’il a sorti les contrats, et aussi là qu’il les a rangé après la signature. Il la conserve la plupart du temps avec lui, mais les victimes ont parfois remarqué lors de leurs numéros qu’il ne l’avait pas avec lui.

-Harlington possède des quartiers privés au tout début du couloir maudit –la porte richement décorée-. Si à un moment donné il n’a pas la mallette sur lui, elle se trouvera sans doute dans cette pièce. Celle-ci ne peut être ouverte qu’avec une clé qu’il faudra dérober dans la poche du veston du Démon des Contrats lui-même. La pièce en question est d’un luxe extrême, avec les murs recouverts de tapisserie finement brodées, et le sol de tapis somptueux. Si la mallette se trouve dans cette pièce, les PJ la repéreront aux pieds d’un bureau ou se trouvent éparpillés dessus des essais raturés de nouveaux types de contrats, ainsi que de pièces de théâtres  soporifiques signées  J.H. III.

Avec toutes ces informations, les vacanciers devraient commencer à comprendre que la clé pour libérer les âmes damnées se trouve dans les contrats et où ils peuvent les trouver. Si ce n’est pas le cas, Jack McTavern peut toujours essayer de les aiguiller dans la bonne direction –voir ci-dessous-. A partir de là, les PJ ont plusieurs solutions pour tenter de mettre fin aux calvaires des âmes collectées par Harlington :

-Forcer Harlington à la faute. Si le Collectionneur rompt ne serait-ce qu’un seul des engagements qu’il a pris sur un contrat, c’est l’ensemble des accords qu’il a passé  qui deviendront nuls et non avenus : les âmes seront libérés sur le champ, et l’Ombre Majeure en sera si affaiblie qu’il suffirait de la piquer au doigt avec une épingle pour l’achever. Il s’agit toutefois d’un plan difficile à mettre en place, car il nécessite d’obtenir les contrats, y trouver une faille à exploiter et pousser Harlington à s’y engouffrer sans qu’il ne se doute de rien. Par exemple, un contrat pourrait très bien stipuler qu’Harlington ne doit sous aucun prétexte porter préjudice à l’image des artistes. Les PJ pourraient alors convaincre les autres signataires de ce document de saboter la prochaine représentation –ou le faire à leur place- ce qui mettrait le Collectionneur dans une rage noire, assez pour insulter les interprètes à portée de voix d’un des PJ caché en embuscade près du balcon privé du directeur de croisière. Un piège de ce genre permettrait d’emporter une victoire totale sur le Démon des Contrats.

-Détruire les contrats. Une fois les Vacanciers en possession des contrats, ils peuvent tout simplement décider de les déchirer ou de les brûler. L’effet est aussi brutal que dévastateur : le Collectionneur perd le pouvoir qu’il tire du contrat en question, et les artistes lié par ce contrat sont annihilés sur le champ. Même leur âme est détruite. Il s’agit d’une protection mise en place par Harlington lui-même au cas où un de ses protégés tenterait d’échapper à son emprise. Mais il ne se doute pas qu’une tierce personne pourrait s’en servir pour le tuer. Si les PJ décident d’utiliser cette méthode, il s’agit d’une victoire, mais au coût ô combien terrible…

-Sacrifier un artiste pour tous les sauver. Harlington est toujours en quête de nouveaux talents, ainsi que de la « perle rare », l’artiste qui fera passer le reste de ses acquisitions pour des débutants sans saveurs. Par chance pour les PJ, cette perle rare existe et se trouve justement sur le Paquebot : le spectaculaire Maurice Dupont, chanteur de danseur hors-norme, et acteur particulièrement doué. Mourant, cet artiste a voulu faire un dernier voyage avant de se suicider… Mais si les PJs arrivaient à le convaincre de se produire devant le Collectionneur, ce dernier donnerait tout pour obtenir cette âme qu’il a tant cherchée… Même si le prix à payer est de libérer toutes les autres. Mais pour convaincre l’artiste mourant d’accepter ce pacte avec le Diable, les Vacanciers devront mentir : Harlington peut préserver le corps de l’artiste et l’empêcher de mourir, mais ce dernier ne devra pas connaître le détail de ce qui l’attend –être figé pour l’éternité en dehors des représentations ordonnée par le Démon des Contrats- sous peine d’être horrifié et de refuser le pacte. Les PJ seront t’ils prêts à commettre un acte malveillant affectant une seule personne pour engendrer une bonne action touchant plus de monde ?

Mais si vos PJ ont de nombreux moyens de traiter le cas du Collectionneur, celui-ci ne reste pas sans rien faire s’il découvre que les Vacanciers s’intéressent d’un peu trop près à ses affaires… En outre, le couloir infini des loges dispose d’un système de sécurité magique que seuls des PJ ayant réussi un test de Futé ou de Docte peuvent repérer avant d’être surpris : quelques yeux volants d’à peine quelques centimètres de hauteurs arpentent le couloir infini sans cesse, et filent à toute vitesse prévenir Harlington s’ils surprennent des intrus. Ce dernier, plus intrigué que contrarié, décide alors de tester les jeunes –ou vieux- curieux : il envoûte les membres de la famille Buchanan, les seuls passagers présents au T3 qui soient facilement influencés par les Ténèbres, et les envois traquer les Vacanciers dans l’ensemble du Paquebot, qui vont avoir la chance de découvrir ce que cela fait d’être poursuivis par une bande de fous appréciant beaucoup trop les haches.

S’ils échappent aux Buchanan et essaient avec un certain talent de piéger le Collectionneur, mais que cette tentative échoue, ce dernier est impressionné, au point de proposer aux Vacanciers un « contrat exclusif », arguant qu’il s’agit là de leur « porte de salut » s’ils désirent survivre à la croisière. Des PJ assez fou pour accepter de signer un tel contrat risquent fort de se retrouver paralysé à jamais dans une des loges les plus lointaines du couloir infini, et seul une intervention d’une force supérieure –qui a dit Jack McTavern ?- pourrait bien leur donner une chance de s’en sortir… Si les PJ refusent –avec raison- l’offre d’Harlington, celui-ci devient fou furieux et reprends sa forme démoniaque, essayant de massacrer tout le groupe de Vacanciers. Malgré le danger, ce pourrait bien être le moment idéal pour lui dérober sa précieuse mallette !

Pour conclure, si les PJ parviennent à affaiblir considérablement le Démon des Contrats, voir à l’éliminer, ils deviennent de vrais célébrité parmi les Ombres du Paquebot, et parviennent à attirer l’attention de Melody Töten, un honneur qu’ils auraient mieux fait d’éviter… Cette dernière décide alors de garder un œil sur eux : elle sait que ce genre de Vacanciers produit les émotions les plus nourrissantes pour les Ténèbres, mais aussi qu’ils causent pas mal de dégâts. Elle se préparera à agir si ce que coûte la présence des PJ excède les gains qu’elle peut entraîner.

Les conseils de Jack :

Sur les contrats aux clauses abusives : « Ah ça, y’en a pas mal ! Je me souviens encore d’un que j’ai signé après avoir, hum, trop fait la fête. J’en ai encore mal au cul rien que d’y penser ! –oups, navré pour les gros mots, les gosses !- Enfin bref, j’avais paraphé un truc avec des restrictions de dingues : pas d’alcool durant le tournage, pas de jurons devant la caméra… L’enfer ! Et aucun foutu moyen de négocier… J’ai bien cru que j’allais finir par m’jeter dans l’Gange avant la fin de la première semaine ! Mais j’me suis pas laissé abattre : j’ai relu le contrat, et j’ai repéré un paragraphe bizarre. Ah, j’ai eu d’la chance, le mec avait dut être aussi bourré que moi quand il a rédigé le document. J’ai donc été voir le type, le sourire aux lèvres, et j’lui ai dit que si j’devais respecter toutes les clauses, lui aussi l’devait. Bizarrement, après ça, plus personne est venu me faire chier à propos des trucs débiles qu’y avait sur le contrat… Hum, c’était quoi le truc que j’ai repéré ? Rôôh, j’peux pas dire ça devant des gamins… »

Doudous & Dentiers est un jeu de Sylvain Ledig, publié par JDR Editions

Licence Creative Commons
Pas de Spontanéité dans l’Art, SVP de Jean « Troll Traya » Faiderbe est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s