Réécriture : La Colère des Justes (pathfinder) -partie 1-

Vous savez, j’adore les démons dans les JDR. Vraiment. Mais vraiment beaucoup. Mon côté Metal sans doutes, alors quand sort La Colère des Justes, une campagne ou les êtres abyssaux sont mis en avant, je ne pouvais que me jeter dessus. Mais au final, pour quel résultat ? Il s’agit d’une campagne Pathfinder, aussi on ressent bien le savoir de Païzo en ce qui concerne l’élaboration de rencontres mitonnées aux petits oignons, toujours plus intéressantes, ludiques et corsées. L’édition française n’est pas en reste, et Black Book Editions à fait un superbe travail avec un pavé de plus de 500 pages robuste et plutôt bien traduit –même si il reste ci et là quelques coquilles plus ou moins gênantes.-.

4865

Un gros pavé, je vous le dit !

Pourtant, malgré toutes ses qualités, la Colère des Justes n’est pas une bonne campagne, car son intérêt narratif frôle le vide intersidéral. Jugez plutôt : les gentils croisés vont botter le cul des démons. Point barre. Alors oui, il y’à bien quelques subtilités par moment, mais cela reste de l’ordre de l’anecdotique et on a surtout affaire çà une campagne qui se résume à une suite de combat de masse, d’exploration de donjons et de combats épiques face à des extérieurs surpuissants, justifiant l’emploi des règles de campagnes dites « mythiques ». Bref, en l’état, fan de RP, passez votre chemin. Mais moi, je ne pouvais pas me résoudre à abandonner une campagne avec principalement des démons, oh que non… Alors je l’ai retravaillé, pour en faire quelque chose de –je l’espère !- bien plus intéressant. Et vous savez quoi ? Le background de la campagne m’a fourni toute la matière dont j’avais besoin. Et c’est ce que cet article va vous expliquer.

Bien entendu, ce qui va suivre est strictement réservé aux MJ, et plus particulièrement ceux qui connaissent déjà la campagne la Colère des Justes. Joueurs, passez donc votre chemin !

Au commencement, il y eu la révélation

La trame de base de la Colère des Justes est simple : Deskari, un Seigneur Démon, a réussi à ouvrir il y’à un siècle une immense faille entre  son royaume abyssal et l’ancien pays du Sarkaris, devenu désormais la Plaie du Monde. Depuis, le seigneur teste les défenses des mortels, dans l’optique d’une invasion complète du monde de Golarion. Il s’est depuis associés avec d’autres Seigneurs Démons pour mener à bien cette conquête, notamment Baphomet qui, nature démoniaque oblige, à ses propres objectifs et compte bien planter un couteau dans le dos de son partenaire à un moment donné. Le but des PJ dans ce contexte est de fermer la faille abyssale et de sauver le monde, et ils recevront pour ça une aide divine. Et voilà, c’est tout. J’ai résumé la campagne. C’est un peu simple, jeune homme, vous ne trouvez pas ? En tout cas, moi si, c’est pourquoi j’ai creusé et j’ai découvert des trucs étranges dans le background, complètement inexploité, alors qu’il y’avait pourtant matière pour…

L’une d’elle concerne Baphomet, le premier minotaure devenu Seigneur Démon. Favori de la déesse démoniaque Lamasthu, il a essayé de voler quelque chose au maître des Enfers, Asmodeus, s’est fait gaulé puis enfermé dans une prison conçue pour le garder prisonnier pour l’éternité. Prison dont il s’est échappé en quelques mois, s’arrangeant pour voler une grosse partie de sa geôle et la ramener aux abysses pour en faire la première pierre de son futur domaine démoniaque. Et c’est tout. Plus personne n’y fait mention.

Alors qu’on parle d’Asmodeus, celui qui a conçu la prison du dieu Rovagug –Prison qui se trouve être Golarion au passage- dont ce dernier n’a jamais réussi à s’échapper depuis des millions voir des milliards d’années. Or, on parle d’un dieu destructeur d’une puissance inimaginable, que jamais personne n’a décrit comme étant stupide. Et un « simple minotaure » aurait réussi les doigts dans le nez là ou un des plus puissants dieux de l’univers s’y serait cassé continuellement les dents ? Mouais, pour moi ça sent le coup fourré… Et j’ai donc développé une théorie, qui me sert de base pour la réécriture de la campagne : Baphomet ne s’est pas échappé de la prison qu’a créé Asmodeus pour lui. Principalement parce que ce n’était pas une prison, mais un centre de rééducation : pour réussir à s’évader, il fallait penser d’une certaine façon, un véritable lavage de cerveau volontaire et indétectable, qui à profondément changer le premier minotaure sans qu’il ne s’en rende compte, faisant de lui un être agissant apparemment de façon chaotique, tout en vouant une loyauté sans faille à la Loi.

Baphomet ne s’est donc pas échappé, il n’a fait que suivre le chemin tracé par le roi des Diables, et est devenu à son insu un jouet entre ses mains. Pire, emportant avec lui un morceau des enfers, il a contaminé les abysses avec, entraînant une tentative d’étendre le territoire infernal. Toute cette histoire n’est donc qu’une énième tentative de plus de l’Ordre pour prendre l’ascendant sur le Chaos, en plein milieu de cette guerre froide qui existe depuis la nuit des temps –je rappelle que dans l’univers de Golarion, il n’y’à pas de véritable guerre de sang contrairement aux Royaumes Oubliés, aussi en apparence les Diables et les Démons s’ignorent et n’interfèrent pas dans les affaires des autres. Une neutralité qui n’est qu’une apparence, selon moi…-.

Trois acteurs, trois objectifs

Dans cette réécriture, les PJ vont être embarqué dans ce conflit qui les dépasse entre Enfers et Abysses, dont la Plaie du Monde est devenue est un des nombreux théâtres du champ de bataille. Ce faisant, leurs actions et choix vont permettre à un des trois camps de réaliser ses objectifs. Oui. Trois camps. Parce que juste Enfers et Abysses, ce serait trop simple. Passons en revue chacun de ces camps.

 

Asmodeus et les Enfers : Dans sa grande sagesse, Asmodeus sait bien que le Chaos et les Abysses finiront par engloutir le monde dans un véritable océan de violence aveugle qui fera disparaître toute raison. C’est pourquoi il est nécessaire de s’opposer à l’expansion des Abysses, sans pour autant que cela ne dégénère en guerre ouverte. C’est pourquoi il mène souvent des opérations semblables à l’opération « Baphomet », qui visait à importer aux abysses un morceau de son propre territoire infernal, préparé de telle sorte que le terrain et les êtres abyssaux seraient contaminés par une maladie spirituelle émanant ce fragment, les poussant à devenir loyaux, à renoncer à leur nature chaotique abyssale.  Bien entendu, le Prince des Ténèbres n’est pas stupide, il sait que tôt ou tard, sa stratégie sera éventée, mais espère pouvoir contaminer le plus de démons et de territoires abyssaux possibles avant que cela n’arrive. Mephisto se charge aujourd’hui de gérer cette opération pour Asmodeus, et peux se gargariser d’une grande victoire : un autre Seigneur Démon à été infecté par la maladie spirituelle, et sert actuellement la cause des enfers sans s’en rendre compte : Deskari. Mephisto à alors put manipuler ce Seigneur Démon et Baphomet, le patient 0, pour les pousser à s’allier et à partir à la conquête d’un monde du plan matériel, Golarion. A la fin de l’invasion, Mephisto prévoit que la conversion de Deskari et Baphomet soient complétée, et qu’ils revendiquent ce monde non pas pour eux-mêmes, mais pour les Enfers et Asmodeus, ce qui ralentira considérablement l’expansion des Abysses. Mephisto veut achever cette opération sur ce dernier succès, car il craint que les forces abyssales ne doutent désormais de la conversion forcée de Deskari et Baphomet. Il n’imagine pas à quel point il a raison.

 

Les Abysses : Les forces infernales n’ont jamais vraiment compris les Abysses, qui loin d’être un simple plan d’existence, à une véritable conscience. Cette dernière est certes chaotique au point de sembler folle, mais elle est extrêmement intelligente et considère les démons comme ses enfants. Le petit startagème d’Asmodeus a été compris à l’instant même ou Baphomet s’est « échappé » des Enfers, et l’audace du Prince du Mensonge a amusé les Abysses, qui ont décidé de laisser ce plan se dérouler sans intervenir. Il faut dire qu’il s’agissait aussi d’une occasion de voir si les démons arriveraient à découvrir ce qu’il se passait dans leur territoire. Si certains seigneurs démons se sont rendus compte de l’infection et ont pris différentes mesures contre elle, comme Nocticula et Shax, d’autres comme Deskari n’ont rien vu et se sont fait parfois même infecter, à la grande déception des Abysses.

Les Abysses sont toutefois d’humeur changeante, et estiment désormais que la petite ruse d’Asmodeus  à assez fait rêver ce dernier, et qu’il est temps de le remettre à sa place. Pour cela rien de telle qu’une petite humiliation aussi, au lieu de résoudre elle-même le problème de l’infection, le Abysses ont décidé de conférer un infime fragment de pouvoir abyssal à des mortels pour qu’ils défient et éliminent les infectés que sont Baphomet et Deskari, ruinant les plans de Mephisto et de son maître. Des mortels qui pourraient très bien renforcer leurs liens aux Abysses, jusqu’à eux-mêmes devenir des Seigneurs Démons Naissants… Et comme vous l’avez deviné, je parle bien ici des PJ.

L’inconnue : Une troisième force s’est invitée dans ce bras de fer entre Enfers et Abysses, et elle est peut-être encore moins bien intentionnée que les deux autres. A vous de définir la vôtre, car la mienne est profondément liée à une méta-intrigue se déroulant sur plusieurs campagnes. L’Inconnue, comme nous l’appellerons, a vu dans le conflit de la Plaie du Monde, un moyen de parvenir à un vieil objectif : détruire Golarion, pour favoriser la libération de sa « Lame Tueuse de Dieux »,  à savoir Rovagug, qui n’est en réalité pas un dieu, mais une arme cosmique vivante que sa propriétaire a forgée pour anéantir le multivers, une arme qu’elle a perdue dans une bataille qui remonte à la nuit des temps.

Naviguant dans l’ensemble des plans de la création, l’Inconnue n’a pas manqué de remarquer l’intérêt que les Abysses portaient aux PJ et, par pur malice, a décidé de manipuler les agents involontaire des Abysses  (les PJ) pour qu’ils soient ses instruments pour la libération de Rovagug. Pour la peine, elle se montre plus active que les Abysses qui se sont contentés d’induire un peu de puissance abyssale chez des mortels, et se fait passer une manifestation immatérielle de l’inconscient collectif des Démons –qui n’existe pas !- prétendument chargé de « faciliter l’adaptation de ces mortels à leur nouvelle nature abyssale ». L’inconnue est aussi prudente que savante, et ce n’est qu’en prenant conscience que certains de ses conseils ne favorise ni les Enfers ni les Abysses que les PJ pourront se douter que leur « conscience » n’est pas ce qu’elle prétend être… Mais une entité visant à la destruction de toute chose.

La suite au prochain épisode

Il semblerait que j’ai déjà beaucoup écrit, aussi vais-je conclure cet article ici, mais sachez qu’il y aura une deuxième partie qui, maintenant que nous avons décrit les changements du fond, survolera ceux concernant les aventures que vivront les PJ.

Une réflexion sur “Réécriture : La Colère des Justes (pathfinder) -partie 1-

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s