JDR et… Manga : Goblin Slayer

Quoi ? J’avais affirmé que ce blog ne parlerai que de JDR, et voilà que je viole cette sacro-sainte règle ?  On m’aurait donc menti à l’insu de mon plein grès, voilà ce que vous pourriez dire… Et vous auriez tort. Car si je fais une exception, la première, peut-être la seule, c’est pour une bonne raison : vous faire découvrir un manga dont les auteurs assument complètement leur inspiration Dungeon&Dragonesque : Goblin Slayer, édité sous nos latitudes par les éditions Kurokawa.

61jmkuhnlkl

Le manga. A vrai dire, il y’à plus de sang sur les pages intérieures que sur la couverture…

 

Goblin Slayer… Qu’est ce que c’est ?

Au départ, Goblin Slayer est un Light Novel, un sous-type de roman japonais. pour faire simple, il s’agit d’un roman… light. Si si. Tout y est plus court, le style simple, presque simpliste d’ailleurs, et l’écriture se concentre surtout sur les dialogues. Enfin, c’est comme ça que je l’ai compris, vu qu’il s’agissait de ma première lecture de ce genre. Ah oui, il y’à aussi quelques pages illustrées, qui m’ont rappelée la bonne époque de ma vieille édition de Bilbo le Hobbit et aussi mes livres dont vous êtes le héros…

Mais Goblin Slayer, c’est aussi une vrai franchise en pleine expansion : d’après l’auteur, il à été décidé d’adapter son oeuvre en manga avant même la publication du bouquin. j’imagine que ça ne se passe pas comme ça tous les jours… Ainsi manga et même animé ont vu le jour… Pour un Light Novel assez récent tout de même : la publication originale date de 2016 !

Mieux encore, il y’à actuellement trois -!- séries mensuelles traitant du Goblin Slayer en manga : la série phare sobrement appelée Goblin Slayer, les premiers pas du héros dans Goblin Slayer : Side Story Year One, et même une série traitant des personnages secondaires -parfois même tertiaires…- de la saga s’appelant Goblin Slayer Brand New Day. Wow. Le succès est donc au rendez-vous, j’imagine…

En tout cas, il y’à déjà huit tomes de sortis pour le Light Novel, et vraisemblablement autant d’arcs scénaristiques… Autant le dire, le manga principal n’arrive actuellement qu’à la fin du deuxième arc, ce qui laisse de la marge, beaucoup de marge…

71lv4ggawcl

Le Light Novel, moins sombre que le manga, quoique veuille nous faire croire sa couverture…

 

Goblin Slayer… De quoi ça parle ?

De l’aveux -partiel- même de l’auteur, l’idée du « Crève-Gobelin » est issus d’une discussion entre rôlistes : qu’est-ce que ça donnerait, un aventurier de haut niveau qui se spécialiserait dans la chasse aux gobelins ? Le Crève Gobelin est la réponse de l’auteur à cette question farfelue, même si ce n’est pas évident en lisant les premières pages, qui s’attardent sur le destin d’un jeune groupe de PJs de niveau 1… Euh, d’aventuriers tout juste inscrits à la guilde. De rang ivoire. Ah, oui, les rangs, qui déterminent « l’expérience » d’un aventurier avec une plaquette d’identification -glauque…- faite d’une matière différente selon son habilité au combat. Quelque chose de très manga, quoi…

L’histoire -quasiment la même dans le Light Novel et le manga, à part quelques ajouts de-ci de-là- cherche au début à berner les lecteurs en leur offrant un groupe qu’on s’imagine voir évoluer au fil de la progression de l’histoire… Mais au fond, personne n’est dupe, à fortiori, surtout pas les rôlistes qui ont tous perdu au moins un perso bas-level qu’il avait pourtant créé avec amour… Ce groupe est là pour être sacrifié, pour mettre en valeur l’arrive du héros éponyme de la série, le Goblin Slayer, le Crève-Gobelin. Et croyez-moi, même si ce genre d’introduction reste très -trop ?- classique, on se laisse prendre au jeu, et l’apparition du Crève-Gobelin est carrément badass.

Après cette séquence d’introduction efficace, on sait qu’on va suivre les pérégrinations de cet aventurier atypique, expert en traque de gobelins, et qui fait donc l’opposé des héros de son rang : accepter les quêtes « bas-level » pour continuer de pouvoir massacrer ces créatures qu’il déteste plus que tout, alors que les autres partent affronter dragons et autres rois liches… On se dit alors que la série va donc être très limité, redondante… Et ma foi, non. Jusqu’à présent, bien que les gobelins soient la principale source d’adversité de notre héros et des comparses qu’il finira par assembler autours de lui, les situations sont parvenues à être très différentes les unes des autres, ce qui fait que la lassitude ne pointe pas le but de son nez.

c4xvjxa

Badass, le monsieur, on vous à dit !

 

Goblin Slayer… ça vaut quoi ?

J’ai entendu et lut des choses très diverses et pas toujours vraies sur Goblin Slayer, alors il est temps de clarifier tout ça : Goblin Slayer est décrit comme une série de Dark Fantasy trop trop malsaine… Et bien non, ce n’est pas ça du tout. Alors, oui le manga contient des scènes choquantes -notamment des viols, âmes sensibles s’abstenir !-, surtout durant les premiers chapitres, qui détaillent des scènes que le Light Novel avait préféré peu décrire, voir complètement éluder. Mais au final, on est loin de la vrai Dark Fantasy, tout simplement parce que l’univers reste très consensuel -pour ce qu’on nous en à montré pour l’instant- : le bien se trouve d’un côté, le mal de l’autre, et heureusement qu’il y’à la gentille -et avare- guilde des aventuriers pour protéger le peuple que l’armée ne peut pas aider.

Bon, je caricature un peu mais non, cet univers est un monde de fantasy classique, ou le parti pris à été de rendre les affrontements bien plus létaux que la gentille fantasy -celle des mangas de type Shônen, par exemple^^-, ainsi que les agissements des monstres crédibles. Ce n’est pas de la Dark Fantasy pour autant, ni même de la fantasy adulte vu le brin de naïveté qu’on retrouve de temps à autre, surtout dans le Light Novel. Il s’agit de fantasy très adolescente, et c’est plutôt agréable en fin de compte.

En fait, Goblin Slayer me fait penser à une resucée moins niaise de Fairy Tail, sauce D&D : on y retrouve le même schéma de la nouvelle recrue -une prêtresse- dans une guilde d’aventuriers qui fait équipe avec un de ses membres éminents, et un vrai groupe -de PJs- finit par se former au fil des aventures. A ma grande honte, j’ai beaucoup aimé Fairy Tail –Hashtag Onatousdesgoûtsdemerde-, aussi cela ne me dérange pas du tout.

Sinon, en ce qui concerne l’inspiration D&D, elle est partout présente. Partout. On retrouve même des privates Jokes qui ne feront rire que les rôlistes, genre le tyrannoeil appelé « Monstre dont on ne peut pas dire le nom » en référence à son absence du SRD de D&D 5… Certes, on pourra grogner sur la vision des gobelins de l’auteur : petits, stupides -mais dans le genre pas drôle- et obsédés sexuels de chaque instants. Moi, je préfère carrément la version Pathfinder : des gobs tarés, plus proches des gremlins que des gobelins de Tolkien, mais chacun ses goûts.

Une chose assez amusante, vu qu’on parle de D&D, est que le groupe que le Crève-Gobelin finit par réunir autours de lui est tout sauf équilibré : un guerrier, une rôdeuse et trois utilisateurs de magie divine. J’ai des joueurs à mes tables qui grogneraient face à telle configuration… mais c’est rafraîchissant, et un beau pieds de nez à ce que doit être un groupe d’aventuriers selon les standards !

Conclusion

J’ai beaucoup aimé ce que j’ai lut, même le Light Novel dont le style d’écriture est au ras des pâquerettes -on me dit ans l’oreillette que c’est aussi un peu le principe du Light Novel…-. Certes, on peut se demander ce que les japonais ont avec les guildes -jouent’ils d’ailleurs à D&D avec ce principe de Guilde ? C’est une vrai question-, mais ce détail mis à part, Goblin Slayer est vraiment une bonne adaptation -forcément officieuse- de D&D en manga. Et rien que ça, c’est énorme. Filez donc l’acheter, si vous pensez que les rares -mais terribles- scènes choquantes des premiers tomes ne gâcheront pas votre plaisir de lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s