Cette semaine j’ai reçu… la Boîte d’initiation Chroniques Oubliées

Parfois, surtout lors de crowdfundings –financements participatifs-, on se retrouve à faire un achat que l’on n’aurait pas considéré sérieusement en temps normal, surtout quand l’offre est financièrement parlant alléchante. Ce fut mon cas pour -entre autres- le crowfunding du compagnon et de la boîte d’initiation du jeu de rôle Chroniques Oubliées (CO) publiée par Black Book Editions. Et c’est cette dernière que j’ai reçu cette semaine.

BI CO

La version « Ségur » collector… Sans être moche, la couverture est largement moins sympa que celle de d’édition « classique »… Un comble !

Pourtant, on ne peut pas dire  que j’ai besoin d’une boîte d’initiation. Mais bon, j’ai pensé aux enfants que je n’ai pas encore, que ce serait vachement cool d’avoir ce genre de produit pour leur faire découvrir un de mes loisirs favoris, ce genre de choses… Que des excuses bisons, quoi.

Bref, me voilà donc avec cette boîte d’initiation sur les bras : allons, voyons ce que la bête à dans le ventre !

Scalpel. J’ai dit, scalpel !

Alors que trouves-t-on dans cette jolie boiboite…

BI CO2

Un peu du matos après l’accouchement…

-pour commencer des figurines en cartons détachables, et des supports plastiques –en nombre suffisant, c’est quand même important à signaler- pour les faire tenir debout. Classique et efficace, et il y’à même des figurines concernant des créatures qui n’apparaissent pas dans les scénarios proposées dans cette boîte. C’est un bon point.

-Un set de simples dés rouges. Efficace, mais le set est incomplet, il manque un D10 dizaine, qui n’est sans doute pas utilisé le système de CO. Il est peut-être normal qu’il n’y soit pas alors, mais c’est toujours dommage d’avoir un set de dés « incomplet »…

-Un bon nombre de fiches de PJs vierges –toutes en couleurs- et des fiches de personnages pré-tirés, qui ont le bon goût de présenter à la fois une illustration du personnage, et une description physique détaillée.

-Deux cartes du village ou se rendent les PJs, une pour les joueurs et une version annotée pour le MJ.

-Une battlemap du lieu où se déroule la dernière partie de l’aventure d’initiation.

-Une feuille récapitulative des fiches de PJs pour le MJ –c’est toujours utile-.

-Un écran très orangée/jaune. Moi j’aime bien, mais je sais que d’autres personnes l’ont détesté. Pourtant il a de quoi déchaîner l’imagination, surtout avec ce nain qui jette un regard angoissé en arrière alors que ses camarades montent aux créneaux. Et si la situation était plus compliquée qu’elle en a l’air ? Voilà le message que semble véhiculer cet écran, et j’adhère ! Quant aux tables côté MJ, elles lui seront utiles en partie, c’est certain.

-Un livret de 64 pages qui comprend règles de bases, de création et de progression de personnages, ainsi qu’une « grosse » aventure en plusieurs sessions et une autre bien plus courte.

Et tout ça, ça vaut quoi ?

Quand j’ai commencé à lire tout ce matériel, je me suis rendu compte que j’avais oublié une partie du problème : j’avais considéré la boîte comme un moyen d’initier des joueurs –surtout jeunes- au jeu de rôle… mais avec un MJ expérimenté. Mais dans le cas d’un MJ novice ? L’intérêt de cette boîte est’il le même ? Est’elle plus intéressante ? Moins ? C’est que nous allons découvrir en répondant à quelques questions :

L’apprentissage des règles est’il rapide ?

Personnellement, je n’aurais pas fait découvrir le Jeu de Rôle par une version –certes simplifiée- de l’OGL de Dungeons&Dragons 3.5, mais je dois avouer que cette boîte s’en sort bien de ce côté-là. Les règles sont expliquées clairement et ne nécessiteront que peu de lectures pour être maîtrisées. Un bon point donc, quand on voit parfois la taille des manuels de certains Jeux de Société.

Les aventures capteront ’elles l’attention des joueurs novices ?

Les aventures présentées dans le livret ont l’avantage de ne nécessiter qu’un petit nombre de sessions assez courtes (2 heures de jeu/session), ce qui évitera au MJ des objections du genre « Oh, mais c’est vachement long ! » de la par de ses potentiels joueurs. Les aventures en elles-mêmes sont classiques, mais c’est ce qui convient le mieux je pense pour une initiation. Elles ont l’avantage de proposer nombre de situations différentes, et devraient ainsi offrir aux nouveaux venus une palette représentative de ce qui peut être fait en JDR.

Apprenons-nous  à jouer au Jeu de Rôle avec cette boîte ?

Clairement, la réponse est oui. Mais à « apprenons-nous à « bien » jouer aux Jeux de Rôles ? », là ma réponse sera un peu plus nuancée. Il faut dire que lorsqu’on regarde dans le détail, notamment dans les cas où les joueurs s’éloigneraient de la trame, on a quelques conseils pour recadrer l’intrigue. Ce serait normalement une bonne chose, si parfois ces conseils ne donnaient pas l’impression d’apprendre au MJ à dire « Ta gueule, c’est magique ! ». Je pense par exemple à la fois ou un encart tente de conseiller le MJ en cas d’imprévu, si un certain ennemi est capturé plutôt que tué : le conseil fourni n’est alors pas cohérent, et a pour unique but de faire en sorte que la trame ne change pas. Certes, ça a le mérite de conserver la trame sur les rails, mais il est dommage de donner ce mauvais réflexe à un MJ novice, alors qu’on pourrait l’encourager à broder une suite en improvisant, et en récompensant les joueurs en leur proposant un embranchement d’histoire différent. C’est une vrai déception car ça occulte aux nouveaux venus la vrai potentialité d’une partie de JDR.

Est-ce « clé en mains » ?

Peut-on le faire jouer tout de suite après avoir lu, alors ? Oui… Et non. Par exemple, la boîte a le mérite de proposer un poster sur lequel est imrpimé quelques battlemaps à utiliser de concert avec les figurines cartons… Sauf que ce poster ne contient que les plans de la dernière aventure. C’est quand même dommage que pour un jeu d’initiation, on n‘ait que du matériel tout prêt à faire jouer pour la dernière séance… Pour les trois séances précédentes, il faudra s’armer de papier et de crayons, ou d’un tableau Velléda ou encore télécharger un beau plan sur internet. C’est pourtant aux premières séances qu’il faut accrocher les joueurs, pas à la dernière… La boîte de CO n’est donc pas tout à fait clé en main…

Verdict ?

La boîte d’initiation de Chroniques Oubliées brille dans son rôle, et réussit à accomplir son objectif : présenter le Jeu de Rôle a des novices. Toutefois, la boîte est selon moi mieux calibrée pour faire découvrir le jeu à ceux qui se trouvent devant l’écran plutôt que pour celui qui se trouve derrière, car certains détails me font un peu grincer les dents. On a là « juste » un très bon produit, qui aurait pu être indispensable sans certains raccourcis malheureux, et autres légers manques. On se consolera en admettant qu’à défaut d’un produit parfait, on en a au moins pour notre argent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s